Actualités

Sensibilisation au développement durable

Ce vendredi 12 octobre, nous, classe de 2de 2, sommes partis à Ispoure chez un agriculteur biologique afin de nous faire découvrir l’agriculture biologique et la notion de biodiversité.

Le lycée de Navarre participe au développement de l’agriculture
biologique durable depuis quelques années. En effet, des producteurs locaux
fournissent la cantine en fruits et légumes bio. Ce fonctionnement
nous permet de manger une nourriture variée, équilibrée  de bonne qualité, de plus il permet de faire vivre les producteurs locaux.

 

Qu’est-ce-que c’est l’agriculture biologique ?

L’agriculture biologique est une agriculture avec un mode de production qui n’utilise pas de produit chimique (engrais, pesticides…) ni d’OGM (Organisme Génétique Modifié) et qui s’oppose à l’agriculture industrielle. Elle se soucie de l’impact environnemental de son activité et de la biodiversité. Elle doit respecter des cahiers des charges pour obtenir un label (label biologique AB).

Les différentes méthodes utilisées pour l’agriculture biologique permettent de préserver la biodiversité qui est l’ensemble des espèces vivantes, elle englobe la diversité des gènes, des espèces et des écosystèmes mais elle ne se limite pas qu’à la somme de tout ça, elle comprend également le fait que ces niveaux interagissent.

La biodiversité des écosystèmes est l’ensemble des êtres vivants qui vivent au sein d’un milieu ou d’un environnement spécifique et interagissent entre eux au sein de ce milieu et avec ce milieu. Il est composé de deux composants indissociables :

  • le biotope qui est un environnement avec des caractéristiques physiques spécifiques comme la température l’humidité, le climat,
  • la biocénose qui est l’ensemble des êtres vivants en
    interaction et donc en interdépendance.

La biodiversité peut aussi s’observer au sein d’une espèce (biodiversité des espèces) présente dans un écosystème donné. Cette diversité peut-être mise en évidence par la détermination des espèces différentes occupant un milieu. Cependant, dans cette biodiversité, des espèces nouvelles dans notre milieu viennent y prendre place, comme les frelons asiatiques, les écrevisses américaines également qui s’adaptent dans nos cours d’eaux. Celles-ci sont plus résistantes au changement environnemental.

 

 

 

 

La diversité génétique qui correspond à la variété des gènes, est une étude qui peut ainsi porter sur la diversité des allèles au sein d’une population d’individus ou bien même sur toute l’espèce. Les recherches peuvent aussi se concentrer sur la diversité des gènes au sein d’une communauté écologique par comparaison entre les espèces.

 

 

 

 

 

 

Pour préserver une biodiversité inter spécifique, il faut éviter les pesticides ou tout autres produits chimiques en les remplaçant par des moyens plus écologiques, par exemple en privilégiant le travail manuel ainsi que l’environnement des espèces.
M. Brana utilise des perchoirs à oiseaux qui sont plus écologiques,
M. Zamponi, maraîcher qui cultive des légumes biologiques ainsi que des pommes pour la transformation en jus ou en cidre sans utiliser de produits chimiques.

 

 

 

Comment fait-il pour ne pas utiliser de produit chimique ?

Il possède 35 variétés différentes que se soit des légumes et des fruits d’été ou d’hiver. Il nous explique que tout commence de la graine, qu’il entretient par la suite pour la faire grandir et la transformer en plante, celle-ci donnera ultérieurement des fruits. Il utilise le sol comme moyen de support qu’il nourrit avec de l’engrais vert ou du compost afin d’apporter les nutriments nécessaires à la plante qui permettra son développement.
Pour pouvoir produire ses légumes toute l’année et protéger ses plantations il utilise des serres pour créer un milieu favorable au développement. Cependant il est difficile de reproduire un environnement adapté aux plantes. Certaines variétés de légumes ne sont pas faites pour pousser en serres.

Pour remplacer les pesticides, herbicides ou tout autres produits chimiques M. Zamponi utilise pour gérer les mauvaise herbes du plastique tissé biodégradable et permet également de garder le sol humide.

Une fois par an il les arrache manuellement.
Contre les attaques des pucerons le PBI (Protection
Biologique Intégrée) est utilisé.

 

 

Les auxiliaires comme la coccinelle, les larves de chrysopes, les syrphes… . Le bicarbonate de soude peut être un moyen de pesticide naturel contre les champignons. Dans une agriculture biologique il est important de laisser une atmosphère adaptée.

Tous les lundi, grâce à son exploitation, il commercialise ses légumes au marché de St Jean Pied de Port où il vend des légumes frais qui doivent être consommés rapidement comme la salade, l’épinard, le choux fleur, le poireau… mais aussi des légumes comme la pomme de terre qui se conserve à l’intérieur et dans le noir.
L’oignon se conserve au sec, certaines variétés de tomate se conservent une, voir deux semaines au frais…..
Lorsque M. Zamponi s’est installé il y à quelques années, il fut le seul maraîcher d’une agriculture biologique. Aujourd’hui ils sont plusieurs à s’être installés, mais pour lui les maraîchers actuels sont de plus en plus techniques et s’éloignent de cette agriculture biologique parce qu’ils arrosent et fertilisent beaucoup. Si on fertilise trop une plante, elle devient plus fragile et aura donc besoin, pour son développement, de davantage de produits pour la protéger.

Pour remercier M. Zamponi de nous avoir consacré de son temps à nous expliquer la façon dont-il procède pour faire une agriculture biologique,
nous avons ramassé des pommes.

Cette expérience fut pour moi intéressante car cela a
pu me faire découvrir un domaine que je ne connaissais
pas et m’a appris ce qu’est la biodiversité.

Lamothe Litxu 2de 2


sem, ut ut Aliquam libero non leo consectetur adipiscing